Un abolitionniste décapité

Publié le par Amicale des anciens de Louis Liard

Contre la peine de mort

 

« Aussi je viens plaider aujourd’hui devant vous une cause gagnée déjà auprès des esprits les plus éclairés, et dont le code finira tôt ou tard par reconnaître la justice. Sera-ce dans quelques jours ? dans dix ans ? dans cinquante ans ? Je l’ignore ; mais il est permis de prévoir, et j’espère vous faire partager ma conviction, qu’une peine condamnée par la morale, qu’un supplice qui répugne à nos mœurs ne saurait demeurer longtemps dans notre législation criminelle. »

Louis Liard – La peine de Mort – Conférences de Bayonne et de Mont-de-Marsan (Février-Mars 1870) 
 

Louis Liard

 

Louis Liard est né à Falaise dans le Calvados le 22 août 1846. Il est mort en 1917, est un philosophe et administrateur français. Il fut notamment le premier Directeur de l’Enseignement Supérieur en France.

 

Il fait ses études au collège de Falaise (de 1854 à 1864), puis à Paris au lycée Charlemagne et à l'École normale supérieure (1866). Agrégé de philosophie (en 1869) et docteur ès lettres, il enseigne aux lycées de Mont-de-Marsan et de Poitiers (« cours de morale »), puis à la faculté des lettres de Bordeaux ou il est chargé du cours de philosophie. Il y eut un vif succès et devint titulaire en décembre1876. Conseiller municipal et adjoint au maire, il fut, comme délégué à l'instruction publique et aux beaux-arts (1877-80), chargé d'organiser la faculté de médecins de Bordeaux et de présider à la construction des facultés des sciences et des lettres. Il est nommé recteur de l'académie de Caen le 27 novembre 1880, puis directeur de l'enseignement supérieur au ministère de l'Instruction publique en 1884. Il fonde l’École pratique des hautes études en 1886. Il est nommé vice-recteur de l’académie de Paris en 1892. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1903.

 

« Aux lendemains de la Guerre de 70, il acquit progressivement la conviction que la défaite avait des causes "intellectuelles" liées au sous-développement philosophique d'une Sorbonne somnolente et sclérosée. Plusieurs de ses oeuvres témoignent de cette recherche pour un renouveau de la pensée française. »

 

Un lycée à Falaise (sa ville natale), une rue à Bordeaux, un amphithéâtre à la Sorbonne et un prix de l'Académie des sciences morales et politiques portent son nom.

 

Louis Liard fut élève du collège de Falaise et c’est pourquoi l’ancien collège et l’actuel lycée portent son nom. Il était très attaché à sa ville natale et il avait fondé en 1884 l’association des anciens élèves, laquelle existe toujours et souhaite remettre un buste de l’illustre falaisien au sein du lycée.


 

 

 

 

Le buste d’Augustin LESIEUX : décapité

 

En effet, un buste de calcaire dur, œuvre d’Augustin LESIEUX (né en 1877) fut placé dans la cour d’honneur du lycée quelques années après sa reconstruction (1953). C’est ce buste qui a été « décapité » une première fois en 2001 et recollé après avoir été retrouvé sur la voie étroite désaffectée de la liaison ferroviaire de Falaise à Morteaux-Couliboeuf. Cette statue a été de nouveau « décapitée » quelques années après et devant le lycée trône un buste sans tête… celui de Louis Liard, abolitionniste du 19ème siècle !

Ainsi, depuis plusieurs années, les élèves et les passants de la rue des Urselines contemplent quotidiennement l’effigie mutilée de ce grand falaisien
. L’amicale des anciens de Louis Liard s’en offusque et a déposé une motion lors de sa dernière assemblée générale du 7 juin 2008.

 

Ce buste serait la propriété du F.N.A.C. (Fonds National d’Art Contemporain). Depuis la loi de décentralisation de 1982, les lycées dépendent des régions. La Région Basse-Normandie est le gardien juridique de cette sculpture.

 

1984 : centenaire de l'amicale des anciens élèves fondée par Louis Liard en présence de Louis Liard descendant de Louis Liard - Buste d'Augustin Lesieux (photo : archives de l'amicale)















Un buste en marbre de Louis Liard à la Sorbonne

 

« Un buste en marbre haut de 72 cm, large de 50 cm et profond de 46 cm se trouve actuellement à Paris dans les batîments de la Sorbonne dont Louis Liard fut responsable en qualité  de Vice-Recteur de l’Université de Paris (le titre de Recteur étant alors réservé au Ministre de l’Education Nationale). Cette effigie se trouve dans le local situé juste derrière la grande salle Louis Liard, là ou se soutiennent bien des thèses et où se déroulent beaucoup d’autres savants débats. Il s’agit d’une belle œuvre datée de 1902 (par de gros chiffres sur la face du piedouche) et signée par Paul ROUSSEL (né le 23 octobre 1867 et décédé le 1er janvier 1928, Grand Prix de Rome en 1895). » « Selon les archives du Musée d’Orsay (Fichiers du dépôt de l’Etat dépouillés en 1987-1088 Fichier n°3) le buste en marbre (71 x 65 x 45) de Louis Liard fut remis à la « Nouvelle Sorbonne » en 1937 alors qu’un « modèle en plâtre » de mêmes dimensions aurait été destiné en 1936 au collège de Falaise où nul ne se souvient l’avoir vu. Il est néanmoins possible que ce « modèle », en plâtre donc assez fragile, ait été gardé dans un local interdit aux élèves puis écrasé par les bombardements de l’été 1944. »

 

Autres bustes de Louis Liard

 

« Au moins deux autres copies du buste de Roussel sont connues : l’une est définitivement disparue car elle a été prise par l’armée allemande pendant l’occupation de la France pour être transformée en munitions. Elle avait été inaugurée à Falaise en octobre 1932 par le ministre de l’Instruction Publique Anatole de Monzie. Elle était au fond du square louis Liard créé à cet effet et ouvrant sur la rue Georges Clémenceau entre la gare de Falaise et le parc du château de la Fresnaye ; la seconde, appartenant à l’Etat, a été inaugurée par Raymond Poincaré et était placée dans les locaux de l’Institut de Chimie dans la voie qui, à l’angle de la rue d’Ulm, porte les noms de Pierre et Marie Curie. Elle a  été déposée pendant les importants travaux de rénovation qui viennent de s’achever et confiée à la garde du Recteur de l’Université de Paris. Elle se trouve actuellement en sous-sol, dans les ateliers des services techniques chargés de la maintenance des bâtiments de la Sorbonne et doit être débarrassée notamment d’abondantes traces d’oxydation avant d’être remise à sa place initiale. »

 

Buste de Louis Liard (de Paul Roussel) inaugurée en 1932.

 

 

 

 

 

 

 











Monsieur Jean-Louis Maurier, arrière petit fils de Louis Liard possède une copie en terre cuite.

 

« En revanche, il semble ne plus exister d’autres bronzes ou plâtres de même origine non plus que des restes du moule qui avait été réalisé en 1904, voire en 1936. »

 

Un nouveau buste pour Louis Liard

 

Ceux qui ont décapité et dérobé la tête de Louis Liard ne savaient sans doute pas que Louis Liard était « esprit éclairé » qui souhaitait en 1870 l’abolition de la peine de mort. Leur acte « gratuit » n’a entraîné qu’une situation qui pour les membres de l’amicale des anciens élèves du Lycée Louis Liard est intolérable.

 

Il faut tout d’abord que le socle du buste mutilé trop visible en façade du lycée soit évacué. Cela ne peut se faire qu’avec l’accord préalable du FNAC.

 

Un nouveau buste pourrait ensuite être réalisé. S’il est fait à partir d’une copie du buste de LESIEUX, cela ne peut être possible que si le détenteur de la tête (s’il existe) acceptait de le déposer discrètement au lycée ou dans ses environs.

 

Le nouveau buste pourrait être une copie de l’œuvre de Roussel. L’actuel Recteur de l’Université de Caen autoriserait le moulage du bronze qu’il détient. Le coût de la réalisation d’un nouveau buste serait d’environ 12 000 €uros. L’amicale a lancé une souscription. Elle a déjà collecté environ 750 €uros. Les collectivités territoriales contactées (Région Basse-Normandie et Ville de Falaise) ne seraient pas opposés pour subventionner cette réalisation. Les membres du Conseil d’Administration de l’amicale des anciens de Louis Liard et les descendants de l’illustre falaisien poursuivent leurs démarches pour trouver les financements afin de remettre au sein du Lycée Louis Liard un buste en son honneur.

 

















Article réalisé à partir des recherches de M. Bernard Poulain (membre de l’amicale), des archives de l'amicale des anciens de Louis Liard et des sites internet Wilkipédia et Cosmovisions.

 

Liens :SouscriptionMotion.

Contact : JC Gauchard, Président de l'amicale : jcgauchard@free.fr

 

Publié dans Amicale

Commenter cet article